Coupe d’Afrique des Nations : une finale sous haute tension sur Twitter

Sharing is caring!

La Coupe d’Afrique des Nations a débuté le 21 juin dernier et a suscité beaucoup de réactions que ce soit dans les stades, les pays participants ou sur internet. La finale aura lieu ce soir et opposera le Sénégal à l’Algérie.

C’est donc une belle occasion d’analyser, à l’aide de l’outil Brandwatch, ce qui a pu se dire sur cette compétition, qui a généré plus de 1 500 000 mentions, les équipes présentes et leurs supporters.

D’abord, intéressons-nous à l’audience qui s’exprime sur la CAN : 42% des auteurs étaient des femmes, ce qui souligne l’intérêt franc qu’elles portent en ce sport souvent catégorisé comme masculin. Parmi cette population, la catégorie socio-professionnelle la plus représentée est celle des étudiants avec près de 23% des tweets.

En ce qui concerne les mentions par pays (localisation), c’est la France qui arrive en tête, suivie du Sénégal et de la Côte d’Ivoire. Ce qui est intéressant à souligner, c’est la régularité de la présence sur internet des 3èmes du classement, accompagnés par le Cameroun (6ème place) et opposés aux autres qui ont seulement connu le pic du 14 juillet comme hausse exceptionnelle.

Grâce à ce graphique regroupant les verbatim mentionnant la Coupe d’Afrique des Nations, nous remarquons des pics tous les soirs de match vers 23h, pour majorité des tweets de joie ou de contestation liées aux choix des arbitres avec une légère progression durant les matchs éliminatoires. Les mentions ont explosé (plus de 30k sur une heure, 23h) à la fin du match Algérie-Nigéria qui a propulsé la première équipe en finale.

Cet engouement pour l’Algérie ou de ses supporters, se retrouvent dans les volumes journaliers de mentions car toutes les croissances observables sont visibles les jours de match des fennecs, encore une fois en surreprésentation le jour du 14 juillet.

https://twitter.com/KaderRahimm/status/1150101772238839808

Il faut tout de même garder en tête la présence d’articles et autres Tweets incendiaires envers les supporters algériens, qui confirment la crainte de certaines personnes de voir les rues et les installations publiques dégradées. Presque 1 500 personnes ont indiqué avoir souffert de nuisances sonores au cours des nuits suivant les matchs. Enfin, certains ont principalement fait un état des lieux et y ont réagis avec plus ou moins d’animosité.

La CAN a suscité énormément d’émotions. On peut majoritairement observer des mentions positives, avec 450 cœurs de toutes sortes et de toutes couleurs, principalement exprimant de la fierté (234 💪🏻), de l’ébahissement (54 smileys amoureux 😍), de l’encouragement et des félicitations (51 applaudissements 👏).

Ces phénomènes de fair play sportifs ont été accompagnés de soutien, surtout pour les deux équipes finalistes : l’Algérie (avec 512 mentions de leur drapeau) et le Sénégal (avec 257 mentions). Elles sont suivies par le Maroc, qui comptabilise 141 apparitions.

Malheureusement, internet fut aussi le spectacle d’émotions plus négatives telles que les déceptions ponctuées de tristesse, avec une centaine d’emojis tristes de différentes sortes. Les internautes ont aussi pu se montrer moqueurs (427 smileys pleurant de rire). L’esprit de compétition a d’ailleurs fait sortir de l’esprit sportif certains internautes.

https://twitter.com/Mansa_Penny/status/1150913417311674368

https://twitter.com/nytobylka213/status/1150553388477747202

Une polémique a aussi vu le jour avec pour origine un post à caractère raciste envers l’équipe du Sénégal écrit en Arabe. Aussitôt qu’il fut traduit en Français, les tweetos se sont empressés de le relayer en y répondant. Les réactions ont provoqué un pic de 2500 mentions du hashtag #SAYNOTORACISM.

Bilan : Malgré des sentiments partagés entre joie, fierté, déception, tristesse et énervement, la Coupe d’Afrique des Nations a engendré une majorité de sentiments positifs. Surtout, cette polémique raciste a mobilisé beaucoup d’internautes et même réuni les supporters des deux équipes qui vont s’opposer. Maintenant, il sera intéressant d’étudier les interactions à propos de la finale de vendredi qui lèvera le voile sur le suspens de qui, comme la France, ramènera la coupe à la maison.

Analyse Brandwatch (précisions) : cette analyse repose sur la création d’une requête calibrée sur la CAN (sous la forme exemple « CAN2019 » AND « football… »), liée aux noms et surnoms d’équipes participantes. Les mentions récoltées sont extraites d’une majorité de médias publics (forums, Twitter et sites de presse en ligne) sur la période d’analyse indiquée. Ces mentions excluent les retweets et les messages d’erreurs (de Reddit notamment).

Ces résultats ne sont donc pas fiables à 100% dans la mesure où ils ne prennent pas en compte TOUS les médias publics sur une période de temps plus large.

Sharing is caring!

Jérémie Mani, président de Netino by Webhelp, Social Media & Digital Content