Le Monde – « Les modérateurs, ces gendarmes du Web »

Sharing is caring!

Article LeMonde : Les modérateurs, ces gendarmes qui traquent les dérapages sur le Web
Toujours plaisant d’avoir un article dans ‘Le Monde’.

L’article de Xavier Ternisien, daté du 28 juillet 2010, est intitulé « Les modérateurs, ces gendarmes du Web ».

Quelques extraits  :
L’important, explique Jean-Marc Royer, fondateur de Netino, c’est le contexte : « Ce n’est pas le mot qui compte, c’est ce que la personne veut dire. Par exemple, « merde » ou « putain » peuvent être des interjections ou des insultes, selon le contexte. De même, on peut tenir des propos extrêmement racistes ou insultants en utilisant des mots ordinaires. » Exemple : « Je ne doute pas que votre génitrice entretenait des relations intimes rémunérées avec une foule d’individus. » 

A Netino, il a fallu sept ans pour constituer la charte de modération proposée aux clients, qui constitue la bible de l’entreprise. Tous les cas de figure y sont envisagés. Y compris les différents types de nudité admissibles sur un site.  A partir de cette base, les entreprises de modération s’adaptent à la demande. Notre métier n’est pas de prendre une décision éditoriale, mais d’appliquer les consignes de notre client, dit M. Royer.

Les entreprises de modération ont développé un savoir-faire pointu en matière de sémantique. Un texte anodin en apparence peut dissimuler une intention raciste. Les groupuscules extrémistes sont devenus experts dans l’art du sous-entendu et de l’antiphrase. Ils utilisent un langage codé pour contourner la modération explique-t-on chez Netino. Par exemple, au lieu de dire un immigré, on dira « une chance pour la France »…

Sharing is caring!

Tags:
Jérémie Mani, président de Netino by Webhelp, Social Media & Digital Content