Faut-il continuer d’investir dans les influenceurs ?

Au fil des années, le marketing d’influence a pris des proportions de plus en plus importantes dans la communication des marques jusqu’à devenir un levier incontournable sur les réseaux sociaux. Néanmoins, fraudes, arnaques, scandales, et autres mésaventures ont entaché l’image des influenceurs, des plus célèbres aux rêveurs ambitieux. La confiance des entreprises et du grand public vis-à-vis de ce nouveau genre de célébrités est remise en question. Pourtant, les marques font appel au marketing d’influence plus que jamais et suivent le mouvement d’un important virage dans la profession : un renouveau éthique de ces partenariats.

A quel point un internaute peut-il se fier à la parole d’un influenceur ?

Plus que jamais les utilisateurs des réseaux sociaux sont en quête d’authenticité. Un aspect pouvant sembler paradoxal lorsqu’il est question de marketing d’influence, véritable forme de lobby 2.0. C’est pour cette raison que les internautes préfèrent désormais se tourner vers des personnalités rassemblant des communautés plus petites et aux thématiques très ciblées: les micro-influenceurs. Et si les marques pensaient au départ qu’il leur serait bien plus bénéfique de ne travailler qu’avec de grands influenceurs aux millions d’abonnés, elles ont finalement flairé tous les avantages de cette nouvelle catégorie de professionnels des réseaux sociaux. 

En effet, les micro-influenceurs possèdent une communauté plus restreinte (autour de 100 000 abonnés) mais également plus active et engagée avec le contenu. Le micro-influenceur apparaît plus fiable et honnête, proche de ses abonnés, et ceux-ci se révèlent plus aptes à suivre ses conseils en matière de produits qu’ils estiment objectifs. Pour les marques, le retour sur investissement est bien plus intéressant : elles peuvent octroyer moins d’argent et obtenir une parole d’expert crédible atteignant une cible plus précise et exigeante.  

Des campagnes socialement responsables

Cependant, micro-influenceur ne rime pas avec facilité ; ceux-ci s’avèrent particulièrement pointilleux lorsqu’il s’agit de sélectionner un partenariat. Ils préféreront travailler avec des marques qu’ils aiment et qui partagent leurs valeurs et n’hésitent pas à débouter celles qui ne cochent pas toutes les cases. Il en va de leur crédibilité, leur fer de lance. 

Les marques sont passées au crible par les micro-influenceurs. Leurs principales priorités seront les entreprises qui partagent leur éthique, soutiennent les mêmes causes, produisent des produits à conscience sociale, économique et écologique, et qui visent l’inclusion. Cette exigence devient particulièrement accrue et se traduit par des campagnes plus authentiques et éthiques.

Une tannée pour les marques ? Pas pour celles qui sauront saisir l’opportunité de s’engager concrètement auprès de leurs consommateurs, d’engager des conversations constructives et d’instaurer un climat de confiance. Pour cela, il leur faudra sélectionner les influenceurs dont les valeurs s’alignent avec celles de votre entreprise et faire preuve de transparence au moment de les contacter afin de partir du bon pied. 

Partagez l'article
"Faut-il continuer d’investir dans les influenceurs ?"