Le marketing d’influence pour le B2B ou le B2C ?

Avec le développement des réseaux sociaux, la croissance des influenceurs a fait naître le marketing d’influence. Dans cet article, nous allons donc évoquer cette stratégie sous l’angle du B2B (activité commerciale entre entreprises) et du B2C (activité commerciale entre entreprise et consommateur).


  Le marketing d’influence, c’est « stonks » ?

Tout d’abord il faut savoir que le marketing d’influence est aujourd’hui utilisé par 93% des responsables marketing. En effet 9 marketeurs sur 10 trouvent le marketing d’influence efficace. Cette Industrie représente fin 2022 près de 15 Mrd de dollars contre 12 Mrd en 2021. En plus d’être en constante croissance, ce secteur possède un ROI plus qu’intéressant avec en moyenne 18$ de recette pour 1$ investit. Soit 11 fois plus que la pub traditionnelle. Les influenceurs ont un réel impact sur la consommation, en effet 8 consommateurs sur 10 ont fait un achat suite à la recommandation d’un influenceur. Voici quelques statistiques montrant que les réseaux sociaux sont bel et bien un eldorado de la communication :

  • Instagram : 80% des gens l’utilisent pour chercher des produits ou services,
  • YouTube : 90% des internautes disent découvrir des nouvelles marques et produits grâce à YouTube,
  • TikTok : taux d’engagement moyen par publication de 29%.

  Le marketing d’influence en B2C, c’est oui ! 

Il faut savoir qu’en B2C, les achats sont principalement basés sur l’émotion du consommateur. Avec le temps, les réseaux sociaux ont développé des algorithmes de ciblage très compétents et efficaces. L’ efficacité des algorithmes assure un certain rendement pour une campagne basée sur les influenceurs et les réseaux sociaux. Avec le B2C, on peut avoir un bon ROI rapidement si l’on investit sur les bons influenceurs au bon moment. Voici les 3 réseaux les plus efficaces pour le B2C actuellement, d’après Hootsuite : Instagram, Facebook et YouTube. TikTok se trouve à la 6ème position de ce classement pour l’instant, probablement dû à la jeunesse du réseau.

Les influenceurs B2C ont un profil plus ou moins représentatif de leur communauté. Leurs contenus phares sont les photos, live ou encore vidéos postées à des intervalles réguliers. Selon un sondage effectué sur des marketeurs de différentes entreprises, ce sont les influenceurs et les célébrités qui sont priorisés pour des campagnes de B2C. Pour 71% d’entre eux, les micros-influenceurs qui ciblent une communauté bien précise sont les plus intéressant. Gardons en tête 2 statistiques intéressantes : 61% des internautes interagissent avec 1 influenceur au moins 1 fois par jour et la consultation d’avis sur les réseaux a augmenté en moyenne de 45% depuis 2020.


  Et pour le B2B ? 

Au contraire du B2C, les achats en B2B sont beaucoup plus basés sur la rationalité et l’utilité que l’émotionnel. Dans le B2B, le statut de véritable expert est primordial pour espérer vendre. Les 3 réseaux les plus efficaces pour le B2B sont LinkedIn, Facebook et Twitter. Un profil type d’influenceur B2B est un peu différent du B2C : 25-45 ans avec une expertise niche sur un sujet avec une communauté de 1k et 10K en moyenne. Pour des campagnes de B2B, les journalistes reconnus et blogueurs sont priorisés par les marketeurs.

On observe que 61% des décideurs en B2B commencent leur réflexion pour un achat sur internet et sur un moteur de recherche. De plus, un décideur a plus confiance en un expert du domaine qu’une entreprise, car il sait que cette dernière va mettre en place des stratégies de marketing digital pour l’attirer. On peut conclure que pour une entreprise un influenceur apporte :

  • jusqu’à 51% de sa visibilité,
  • jusqu’à 70% de son l’engagement,
  • jusqu’à 51% du gain de confiance du client pour l’entreprise et ses services.

On observe que globalement, le marketing d’influence est tout aussi pertinent en B2C qu’en B2B…

Cependant, il en convient d’adapter sa stratégie en fonction de la cible que l’on veut toucher. Le marketing d’influence n’est donc pas une recette magique pour le succès. Il faut savoir cibler et moduler ses investissements sur les différents types d’influenceurs et de réseaux en fonction de si l’on fait du B2B ou du B2C. On peut donc s’avancer sans trop de risques en disant que le marketing d’influence deviendra un axe majeur dans un plan de stratégie marketing, encore plus qu’il ne l’est déjà aujourd’hui.

Si cet article t'a plu, n'hésite pas à le partager !
"Le marketing d’influence pour le B2B ou le B2C ?"